Analyses recommandées pour déterminer l’état des graisses en usage dans les roulements

27 Oct 2016
In: Evento

Il existe plusieurs techniques d’analyse pour effectuer une analyse complète de l’état de la graisse en usage dans les roulements.

Nous vous présentons ci-après quelques-unes des techniques et paramètres qu’il faut analyser pour connaître l’état de la graisse d’après différents points de vue.

Apparence

L’apparence est un paramètre très important d’évaluation de l’état de la graisse. Il inclut l’évaluation subjective de la couleur, texture et odeur de cette graisse.

La couleur de la graisse usagée est comparée avec celle d’une graisse neuve pour savoir dans quelles conditions la graisse travaille en ce qui concerne la présence de contaminants et son état de dégradation. La texture indique la présence de contaminants tels que la poussière, les particules d’usure, les produits de dégradation, etc. Et l’odeur, tout comme la couleur, nous fournit des informations sur les conditions de travail actuelles de la graisse.

Durée de vie restante (ASTM D7527)

La technique d’analyse pour déterminer la concentration restante en antioxydants sur l’échantillon de graisse en usage est celle normalisée ASTM7527. En appliquant un potentiel positif dans une échelle de potentiel (0,0-1,7 volts) et vitesses de 0,1 V/sec, nous parvenons à oxyder les composés qui nous intéressent, les antioxydants.

La durée de vie utile de la graisse est en relation avec la stabilité vis-à-vis de l’oxydation de celle-ci et par conséquent, avec la capacité antioxydante qu’elle possède encore. La détermination de la concentration restante en antioxydant évalue le comportement de la graisse dans le roulement, et permet d’établir les périodes appropriées de nouveau graissage.

Contamination aqueuse (ASTM D6304-C ou ASTM D4377)

La contamination aqueuse est une des principales causes d’erreur sur les roulements, il est par conséquent indispensable de la contrôler de manière périodique. La concentration en eau doit être la plus faible possible pour garantir un bon fonctionnement du système.

img_analisis_08_767x431

Équipement pour la détermination du contenu en eau dans une graisse par K.F. coulométric.

Spectre infrarouge

La spectrométrie infrarouge permet de déterminer l’empreinte digitale de la graisse. Elle aide à savoir si la graisse est en cours d’utilisation, si elle est mélangée à une autre, s’il existe des contaminants tels que l’eau ou si elle est dégradée. Elle détermine également le type d’épaississant en cours d’utilisation et sa concentration tout comme les produits d’oxydation générés pendant son usage. C’est une technique très utile pour vérifier l’état de dégradation de la graisse par oxydation.

Contenu en métaux (ASTM D7303)

L’utilisation de la spectrométrie d’émission atomique (ICP) permet de déterminer le type et la concentration des métaux du paquet d’additifs, contaminants et métaux d’usure produits sur la machine.

Dès lors que les métaux présents dans la graisse sont connus, il est possible de déterminer si la graisse en usage a été mélangée à une autre de nature différente (épaississant au lithium, calcium, …), tout comme le type de contaminants qui sont présents dans la graisse (par exemple de la silice), mais aussi les métaux d’usure (fer, cuivre, …).

Concentration en particules d’usure en ppm

Contrairement à l’analyse par spectrométrie d’émission atomique (ICP) qui mesure les particules d’une taille inférieure à 5-10 micras, cette analyse détermine (en particules par million) la concentration totale de particules de fer et aide à déterminer la sévérité de l’usure sur le roulement.

Consistance (ASTM D7918)

Le changement de consistance d’une graisse peut indiquer des problèmes sur les composants de cette graisse, ou un mélange d’épaississants incompatibles, des niveaux de contamination ou usures élevés, ou bien une consommation élevée des antioxydants.

Cette analyse permet d’effectuer un suivi de l’évolution et la tendance des propriétés de consistance de la graisse, ce qui peut aider à prévenir les éventuelles pannes sur le composant lubrifié avant leur survenue, et permettre la prise d’actions de correction.

Cette technique, accompagnée de la détermination du niveau d’usure, contamination et propriétés de dégradation d’une graisse, sont les étapes les plus importantes pour un programme de Condition Monitoring adapté.

Leave a Comment!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Posts relacionados